Mes nuits avec Patti (Smith)

récit et musique
1h00
Tout public

10 janvier 2020 à 12h00

Théâtre (Pézenas)

Conception et interprétation Fannytastic
Collaboration artistique, mise en scène David Gauchard
Collaboration artistique, regard dramaturgique Nicolas Bonneau

« En 1995, je fouine dans les disques d’une copine, et je tombe sur la photo d’une femme que je ne connaissais pas, plus âgée, une sorte de tante de PJ Harvey. Ce qui m’a frappée d’abord, c’est qu’on voyait son aisselle poilue bien en évidence. Je n’avais encore pas entendu sa voix, sa musique, mais j’ai eu l’impression de rencontrer le rock pour la première fois avec cette photo. Je veux dire, le rock avec une femme. Parce que des aisselles poilues de bonhomme dans le rock, j’en avais déjà vues plein. J’ai rien analysé, je me suis pris cette aisselle dans la gueule, et c’est étrange comme on peut avoir l’image d’une libération avec si peu. Et c’est quoi le rock, si ce n’est pas une libération ?
C’était le disque Easter, de Patti Smith. Elle est devenue pour moi un modèle d’émancipation, d’intégrité artistique, de force intérieure.
Autre qu’une biographie, ce récit-concert veut faire de Patti Smith un personnage onirique, sorte de guide spirituel auquel je peux m’adresser en cas de doute, de question, en cas de besoin d’énergie, d’inspiration.
En direct ou en voix off, je dialogue avec Patti Smith, mêlant sa vie et la mienne dans les moments marquants de nos existences, ces moments qui nous forgent à jamais. Je chante bien sûr ses chansons et celles de ceux qui l’ont marquée (Riders on the storm, Jim Morrison), et aussi des poèmes (Les Illuminations de Rimbaud, Howl, d’Allen Ginsberg). Je traduis en direct certains morceaux, notamment Land, pour sauter la barrière de la langue et faire sentir la poésie subversive de son oeuvre et sa totale fantaisie. Une occasion de parler de cette époque, les sixties-seventies new-yorkaises, mais aussi de ce que c’est qu’être artiste et femme, des forces et des difficultés que cela suscite, et des modèles que l’on choisit pour se construire. »

Coproductions et soutiens : Le Nombril du Monde, Pougne-Hérisson (79) ; CPPC-Théâtre de l’Aire Libre, Saint Jacques de la Lande (35)

 

https://lavoligenicolasbonneau.fr

Cie Le cri dévôt

Boucan